« Au premier abord, cette ligne de partage des eaux avait déjà pour nous une résonance métaphorique, au-delà de la réalité géographique, comme une dorsale géante étendue en travers de la France, une crête d’où l’Atlantique et la Méditerranée se révéleraient à l’horizon. Or ni la ligne ni l’horizon ne sont aussi nets en réalité. C’est cette relation entre le sentiment d’y être et l’envie de voir que nous avons souhaité matérialiser avec les Mires. » Gilles CLEMENT et l’Atelier de paysage IL Y A

Mires Ferme de Flotte

Lorsqu’elle se déploie à l’horizon, s’éloignant sur plusieurs plans qui se succèdent et où se mêlent sucs et massifs montagneux, la ligne de partage des eaux n’est lisible que par les géographes. Parce qu’elle donne à voir et à être vue, Gilles Clément, assisté de l’atelier de paysage IL Y A (Marion Soulairol et Vincent Prévost), a imaginé un dispositif de perception jouant sur l’optique.

Implantées sur six sites en belvédère, lieux choisis pour le point de vue unique et original qu’il offrent, les Mires proposent une immersion originale dans le paysage et permettent de mieux appréhender le rôle de la ligne dans sa formation.

Inspiré des techniques de relevé des géomètres, le dispositif est conçu comme une transposition poétique des instruments de mesures aussi bien qu’un détournement de la table d’orientation classique. Il se compose d’une échelle de visée, surmontée d’un cadre à hauteur du regard, et d’un ensemble de mires d’une hauteur moyenne de 7 mètres, dont les pointeurs colorés au sommet pointent le passage de la ligne. Travaillés en bois de châtaignier brut, ces éléments assument une présence propre qui fait signe dans le paysage, tout en étant intimement liés à leur contexte.

Production : 2017-2018. Fabrication De Pierres et de Bois (Largentière). Pose : Entreprise Leyris (Payzac)

Atelier de paysage IL Y A

L’atelier de paysage IL Y A, basé à Nîmes, intervient dans les champs de l’aménagement du territoire, du jardin au grand paysage. Il regroupe deux paysagistes concepteurs, Marion Soulairol et Vincent Prévost, issus de l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles-Marseille.

Marion Soulairol, a suivi une formation artistique en arts-appliqués et aux beaux-arts, puis en technique en aménagement du paysage. Son approche de l’espace s’ancre principalement dans les paysages méditerranéens et allie sa sensibilité plastique à l’observation attentive des composantes humaines et végétales du site.

Vincent Prévost a quant à lui étudié la philosophie, puis exercé la taille de pierre, avant de s’orienter vers le paysage qu’il expérimente comme un atelier à ciel ouvert. Son parcours le mène à s’intéresser aux aspects tant morphologiques que conceptuels de l’espace vécu et façonné.

Où les trouver ?

Les sites des Mires sont accessibles en voiture (avec une petite approche pédestre) sauf celui de Pra Clauzel (Saint Laurent les Bains Laval d’Aurelle) sur le GR(c)7.

séquences visibles de la ligne1-min-page-001

Du nord au sud :

Mont Chiniac : au coeur de St-Agrève. Le stationnement peut se faire en haut du Mont Chiniac.

La Roche Pointue : sur la D274 reliant la Croix de Peccata au village de Chaudeyrolles. Accès possible par le GR(c)7

Ferme de Flotte : au pied du Mont Gerbier-de-Jonc. Le site est accessible à pied depuis l’extrémité du parking du Gerbier-de-Jonc : le chemin d’accès fléché est situé en face de la D116 en direction de Sainte Eulalie. topoguide)

Pra Pouzol : sur le GR(c)7. Accès à pied depuis la D298 entre Burzet et Sagnes-et-Goudoulet.

 Suc du Montat (St Etienne-de-Lugdarès) : accès à pied depuis la D239 entre le Bez et la Croix de Bauzon. Accès fléché. Les Mires sont situées sur un suc accueillant un relais électrique (antenne visible à distance) du côté opposé au col du Pendu.

Pra Clauzel : accès à pied par le GR(c)7 depuis le village de Saint Laurent les Bains Laval d’Aurelle ou depuis l’Abbaye Notre-Dame des Neiges. topoguide